Albi : la petite cité épiscopale, classée au patrimoine mondial

Publié le : 22 février 20224 mins de lecture
Au bord du Tarn, en région Midi-Pyrénées, se trouve Albi , une ville à l’ambiance et aux couleurs uniques : rose tendre le matin, orange vif l’après-midi. et rouge foncé le soir.

Habitée à l’origine par les Celtes et plus tard par les Romains qui lui ont donné le nom d’Albigia, c’est ici que s’est développé au Moyen Âge le groupe hérétique des Cathares, qui ont pris la place d’Albigesi de la ville.

A la même période ont également été construits le Ponte Vecchio, qui est toujours pratiqué et utilisable aujourd’hui après plus de 1000 ans à compter de sa construction, et la Basilique de Santa Cecilia, le plus grand bâtiment en briques du monde . La basilique est particulière pour le fort contraste entre l’austérité de l’extérieur, en briques roses, et les riches décorations de l’intérieur, où l’on peut apprécier des fresques, des peintures et un orgue du XVIIIe siècle.

Grâce à la basilique et son centre d’écriture, la ville connaît une période de fort développement : le Ponte Vecchio est fortifié d’un pont-levis, la ville est divisée en quartiers entourés de murailles et des moulins et des fermes sont construites dans ses faubourgs. La culture du gué se développa également, plante dont on pouvait extraire un pigment bleu : la production de teintures devint bientôt l’une des activités les plus florissantes de la ville à la Renaissance, comme en témoignent les grands palais construits par les marchands, encore visibles. aujourd’hui et peut être visité.

Les mêmes briques utilisées dans la construction de la basilique, les briques roses typiques d’Albi, ont été utilisées pour le centre historique , qui en 2010 a été inscrit sur la liste des lieux classés au patrimoine mondial de l’UNESCO . C’est en effet l’un des mieux conservés de la Langue d’oc , construit dans le style typique de la région. A noter également le Palais de la Berbie, l’ancien palais des archevêques construit au Moyen Âge comme une forteresse. A la Renaissance, des jardins ont été ajoutés à l’édifice, qui constituent encore aujourd’hui l’une des principales attractions touristiques du centre habité.

Une partie importante de l’histoire de la ville est constituée par les Moulins dits d’Albi , un complexe commercial construit entre les XVIIIe et XIXe siècles. Au détriment du nom, ils produisaient non seulement de la farine mais aussi des produits finis, comme des chapeaux, dont la fabrication au XIX siècle était une activité très florissante pour la commune.

Albi fut aussi la ville natale de l’artiste français Henri de Toulouse-Lautrec, à qui est dédié le Musée Toulouse-Lautrec , qui contient la plus grande collection au monde consacrée à l’artiste, avec plus d’un millier de pièces dont des dessins et des peintures.

L’une des meilleures périodes pour visiter Albi est sans conteste celle d’hiver : à l’approche des vacances, en effet, la ville s’anime de mille couleurs et décorations, et il est possible de visiter les marchés de Noël typiques et de déguster les spécialités typiques de la région.

Plan du site